V – Quelle sorte d’étude convient à cette génération ?

Rav Kook, ‘Maamar Hador’ (V)  

(1) L’Assemblée d’Israël s’est éveillée à la renaissance grâce à la volonté de la jeune génération. Les énergies se sont réveillées en un sursaut prodigieux et étonnant. (2) Il n’est possible en aucune manière de les soumettre par la contrainte, mais seulement de les élever et de les fortifier, de leur montrer le chemin de la lumière haute et puissante qui est ouvert devant eux.

La main de Dieu nous est tendue en cela. Nous voyons que dans la profondeur de son âme l’Assemblée d’Israël s’est presque guérie de la plupart des maladies morales par lesquelles étaient arrivés les méfaits des Anciens. L’exil prolongé, terrible et redoutable, avec ses affreux tourments, a été un fourneau d’affinage qui l’a épurée, “comme un feu purificateur et comme la potasse des blanchisseurs”. La pression redoutable et les misères dépassant toute limite de résistance humaine, et encore plus celles de ces derniers temps, ont été  des douleurs chargées d’un feu incandescent qui ont blanchi, poli, purifié, attendri et affiné le cœur de pierre : “le sel adoucit la viande et les tourments nettoient le corps de l’homme”. Cela fonctionne pour la nation comme cela fonctionne pour l’homme : elle se nettoie et s’affine, son cœur est neuf et pur, ses reins sont préparés aux défis des sommets de la sainteté. 

Rien de tout cela n’est encore passé à l’action. La mise à l’œuvre de ce potentiel, de ce qui est enfoui au cœur de la nation et dans ses aptitudes cachées, cela c’est le travail des Sages de la génération, des Justes, des grands esprits, des prédicateurs, des érudits et de ceux qui écrivent des livres ; et en plus de ceux-là s’ajouteront dans les générations, en gagnant de la hauteur, des poètes animés de l’esprit divin soufflant sur son peuple, des visionnaires, des prophètes, des vaillants à la mesure de l’élévation qui viendra étape par étape : “Secoue-toi de la poussière, lève-toi et prends ta place, Jérusalem !”. 

Mais c’est une chose perceptible et évidente aux yeux de tous que la lumière de la justice intérieure, la droiture universelle et l’amour pur de la nation, sont les braises d’un feu qui se multiplie et qui s’élève dans le cœur de la jeune génération, dans l’élite qu’elle contient. Si elle n’a encore rien à son actif, c’est que toutes les explications sur les chemins du judaïsme, sur les choses les plus essentielles et les plus fondamentales, qui suffisent à ceux qui sont faits pour être contraints, pour qui la perfection la plus digne de louanges est le ramollissement du cœur et l’étranglement des forces, ne suffisent aucunement à ceux qui ont déjà fait le plein des forces de la jeunesse, et dont la vie dans sa substance fait place à la lumière de la justice intérieure universelle, qui est la caractéristique d’Israël la plus profonde et la plus élevée, afin à la fois d’être la lumière qui éclaire, et d’apparaître rugissant comme le grondement des vagues de la mer, déversant avec puissance un torrent de vie comme un fleuve en crue.

À ceux-là nous devons enseigner une Thora de vie prise à la source de la vie, des voies morales pleines de lumière et d’allégresse, des paroles alliant le charme et l’intelligence bien bâtie, épurées et affinées, claires et explicites, jusqu’à ce qu’ils trouvent par eux-mêmes l’accomplissement de tous leurs idéaux et la force de tous leurs désirs les plus éminents et les plus élevés, qui sont assortis à la puissance et à la splendeur, à la souveraineté et à la majesté de la lumière du monde, du trésor de la vie, la Thora de vie. 

Nous ne voulons pas écraser sous nos pieds, nous ne désirons pas mettre aux fers les forces jeunes et fraîches qui s’élancent et qui s’élèvent, mais seulement éclairer le chemin devant elles, marcher devant elles dans une colonne de feu de Thora, et de sagesse des saints au cœur irréductible. À nous de comprendre ce qu’ils pensent et ce qu’ils disent, d’apprécier leurs qualités intérieures, et leur propre inclination en provenance de la source d’Israël. C’est un peuple fort, ce sont les plus forts parmi les nations, il est ceint de courage et couronné de splendeur. Et eux aussi sauront comment nous honorer, et comment prendre la suite, d’un cœur chaleureux plein d’amour et d’intelligence distinguée, de toute la psalmodie et les paroles qui jaillissent de la Source d’eau vive, du trésor de l’âme de l’Assemblée d’Israël, dont le désir est de faire vivre par sa renaissance l’humanité entière : “Maison de Jacob, allons et marchons à la lumière de l’Éternel”. 

En suivant un tel chemin, quand se multiplierons chez nous des serviteurs du service de sainteté authentique, épierreurs de chemins et frayeurs de sentiers, très vite se révélera et se verra devant nous la splendeur majestueuse de la génération de nos fils. L’amour vigoureux de nos chers fils pour notre peuple, et pour notre terre de sainteté, se révélera et projettera aussi sa lumière quand il s’étendra et s’élèvera, et alimentera une conscience et un sentiment de vérité sur l’amour de notre Bien-Aimé, notre Berger, berger d’Israël, Rocher de Jacob : “Je te trouverai dehors et je t’embrasserai, et ils ne me feront même pas honte” ; et l’amour de la Thora de vie, voilà le signe de l’alliance avec la Terre de vie et le peuple élu : “L’un dira ‘je suis pour Dieu’ ! L’autre se fera appeler Jacob, l’autre signera de sa main pour Dieu et il prendra le nom d’Israël”. Il n’aura plus honte d’être appelé par ce nom contre tout le vaste monde éclairé, car il reconnaîtra la force et la vérité qu’il contient. 

Le cœur des pères commencera de reconnaître tout le riche trésor et le potentiel caché dans les fils, dans la profondeur de leur vitalité alerte et vigoureuse, et les fils reconnaîtront le plein de sainteté et de pureté, de noblesse et de beauté dans le cœur des pères, qu’ils ont pris de génération en génération en héritage pour eux, en gardant la sainteté de la Thora et des mitsvot, et en adhérant de l’intérieur au Nom de l’Éternel Dieu d’Israël, qui réside à Sion et choisit Jérusalem. Chacun prendra de l’autre toute l’excellence, tout ce qui est beau et convenable, 

TEXTE COMMENTÉ

1. L’éveil à la renaissance

2. Halte à la contrainte !