Le livre ‘Orot’ du Rav Kook

Le livre Orot est petit en nombre de pages, mais il est central dans l’œuvre du Rav Kook, et ses phrases pèsent lourd de signification. Il contient un message essentiel, une clé incontournable pour comprendre la crise actuelle de la conscience mondiale et les processus historiques en cours. Dans un style flamboyant d’inspiration, mais parfaitement rigoureux et exempt de toute dérive mystique, le Rav nous explique patiemment et systématiquement comment la foi d’Israël, assumée et vécue positivement par le peuple d’Israël revenant sur sa terre, vient réconcilier l’âme humaine avec le monde réel, donne à l’humanité le moyen de revenir de ses égarements dévastateurs, et d’opter enfin pour la paix et la fraternité. Il montre que la spiritualité authentique, non seulement n’est pas gênée par les développements matériels et les connaissances scientifiques, mais qu’elle y trouve le soutien indispensable pour mettre à niveau notre compréhension de la Royauté divine, et intégrer dans un cadre harmonieux le capital colossal des données de la science. L’élan vers Dieu, loin d’être gêné par la réalité concrète, y trouve le moyen de son ascension vers la vérité. La perspective messianique véritable commence alors à devenir compréhensible, sans aucune ressemblance avec les oripeaux apocalyptiques dont on a voulu l’affubler.

Orot se compose de 8 chapitres de taille inégale : (I) la Terre d’Israël (8 paragraphes) ; (II) la Guerre (10 paragraphes) ; (III) Israël et sa Renaissance (32 paragraphes) ; (IV) les Lumières de la Résurrection (72 paragraphes) ; (V) Semences (8 paragraphes) ; (VI) Grand Appel (1 paragraphe) ; (VII) la Marche des Idées en Israël (6 paragraphes); (VIII) les Lumières d’Israël (9 parties, 107 paragraphes).

Sur ce site nous nous présentons au public francophone de larges extraits de cette œuvre fondamentale, avec les commentaires et notes indispensables à sa compréhension publiés en hébreu par le Rav Aviner. Nous présentons également l’article Maamar Hador et un aperçu du livre Orot Hatechouva, qui en sont un complément indispensable.