6. Les guerres approfondissent le caractère des nations


(Guerre d’Indépendance – Givati Force)


Traduction simple :

Tous les peuples se développent et s’accomplissent par leurs mouvements naturels. Les guerres approfondissent la valeur particulière de chaque peuple, de sorte que sa personnalité se réalise finalement dans tous ses aspects profonds.

Israël reflète l’image du monde entier, et tant qu’il y a un peuple dans le monde qui ne s’est pas entièrement accompli dans toutes ses aptitudes, il y a une pâleur en vis-à-vis dans la lumière qui imbibe l’âme collective d’Israël.

C’est pourquoi, chaque fois que des états se confrontent l’un à l’autre, sont mises à l’œuvre des conceptions particulières qui complètent les peuples, et de là naît une force complémentaire dans l’âme collective d’Israël, qui la fait guetter les pas du Messie, sa venue et son apparition prochaine et de nos jours.


TEXTE HÉBREU ORIGINAL


Traduction avec commentaire :

Tous les peuples se développent et s’accomplissent par leurs mouvements naturels. De même que l’individu a une histoire, au début il naît, et petit à petit il grandit et il se développe à condition qu’il se conduise selon sa nature, de même en est-il chez tous les peuples. Chaque peuple a son caractère propre, sa psychologie, sa sociologie, un ‘ange’ ou un ‘prince’ selon les mots de nos Sages. Il existe des nuances diverses et variées de l’image divine propre à l’homme, et chaque peuple en exprime un aspect particulier. Le caractère du peuple va en s’élevant et en se développant au cours des générations. Cela se fait “par leurs mouvements naturels” et les comportements correspondant à leur nature (comme un homme doué pour la musique accomplira sa nature et la développera dans la mesure où il jouera d’un instrument et se comportera en conséquence).

Les guerres approfondissent la valeur particulière de chaque peuple, de sorte que sa personnalité se réalise finalement dans tous ses aspects profonds. La guerre est certes une mauvaise chose, mais elle a tout de même un côté positif, le ‘bon côté du mal’ : la guerre met en évidence la valeur de la nation, clarifie son identité, stimule sa maturité, la cristallise, la renforce et la révèle dans l’action.

Israël reflète l’image du monde entier. Le peuple d’Israël est le peuple central dans le monde :

“Et seront bénies par toi toutes les familles de la terre”.  [Genèse 12, 3]

Il amène la bénédiction à toute l’humanité, il est le cœur du monde :

“Car Israël est pour les peuples ce que le cœur est pour les organes du corps”.  [Kouzari 2, 36]

Il est le centre de référence de l’humanité : toutes les aptitudes, tous les niveaux, toutes les potentialités des nations du monde, existent aussi dans le peuple d’Israël. Il est vrai que tous les organes du corps ont leur importance : on ne peut pas marcher, manger ou coudre avec le cerveau, mais le cerveau est le centre vital de tout le corps, il regroupe tout. Il fait vivre les organes et il en tire aussi un avantage. “Israël reflète l’image  du monde entier” – c’est le cœur et le cerveau de l’humanité. Quand on voit le peuple d’Israël, on voit l’humanité entière. Ce “peuple-cœur” est relié par un lien de vie à toute l’humanité.

Et tant qu’il y a un peuple dans le monde qui ne s’est pas entièrement accompli dans toutes ses aptitudes, il y a une pâleur en vis-à-vis dans la lumière qui imbibe l’âme collective d’Israël. Quand le corps est malade, le cœur est malade ; quand un des peuples de l’humanité est malade, le peuple d’Israël est malade (et l’inverse est également vrai) ; quand un peuple est en état de faiblesse, il y a dans le peuple d’Israël aussi “une pâleur en vis-à-vis dans la lumière qui imbibe l’âme collective d’Israël”, et notre vitalité intérieure s’appauvrit.

C’est pourquoi, chaque fois que des états se confrontent l’un à l’autre, quand ils se font la guerre, sont mises à l’œuvre des conceptions particulières, des compréhensions, des considérations et des concepts particuliers qui complètent les peuples – ce sont les conséquences positives de ces guerres cruelles et sanglantes : les peuples se perfectionnent, se décantent, évoluent et mûrissent, et de là naît une force complémentaire dans l’âme collective d’Israël – cela apporte un plus à l’accomplissement du peuple d’Israël, qui la fait guetter les pas du Messie, sa venue et son apparition prochaine et de nos jours, comme le dit le Midrach :

“Si tu vois des nations se confronter, guette les pas du Messie”.  [Berechit Raba 42, 4]

C’est-à-dire : attends-toi à une avancée de la nation d’Israël et de sa royauté. Et il est vrai qu’à la suite de la Première Guerre Mondiale, pendant laquelle ces lignes ont été écrites, les nations du monde décidèrent qu’il fallait donner la Terre d’Israël au peuple d’Israël.

En vérité, la guerre provoque un éclaircissement et un approfondissement chez les nations du monde, et parmi elles le peuple d’Israël, car nous sommes reliés à tous les autres peuples par de fins capillaires, de sorte que ce qui se passe dans l’humanité nous influence, et que ce qui se passe chez nous influence l’humanité, pour le bien comme pour le mal.


(Retour à la liste des chapitres)