6. Les guerres révèlent le caractère profond des peuples


(Guerre d’Indépendance – Givati Force)


Traduction :

Tous les peuples se développent et se réalisent dans l’action selon leurs mouvements naturels. Les guerres expriment en profondeur le caractère particulier de chaque peuple, de sorte que son profil ressort et se révèle dans ses actes de manière complète, dans ses traits les plus profonds.

Israël est le miroir général du monde entier, et tant qu’il y a un peuple dans le monde qui ne s’est pas complètement exprimé par les actes, dans toutes ses manières d’agir, il y a d’autre part une zone d’ombre dans la lumière absorbée de l’Assemblée d’Israël.

C’est pourquoi, chaque fois que des pays se font la guerre, des schémas spécifiques entrent en action pour le plein accomplissement des peuples, et en même temps prend naissance une force d’accomplissement dans l’Assemblée d’Israël. Et celle-ci guette les pas du Messie, qui viendra et apparaîtra bientôt et de nos jours.


TEXTE HÉBREU ORIGINAL


Commentaire du Rav Aviner :

Tous les peuples se développent et se réalisent dans l’action selon leurs mouvements naturels. De même que l’individu a une histoire (au début il naît, et peu à peu il grandit et se développe, à condition toutefois de se conduire selon sa nature), ainsi en est-il pour tous les peuples : chacun a son caractère à lui, sa psychologie à lui, sa sociologie à lui, un ‘ange’ ou un ‘prince’ selon les mots des Sages. Il existe des formes diverses et variées de ‘l’image divine’, et chaque peuple en exprime une particulière. Le caractère d’un peuple va en s’affirmant et en se développant au long des générations. Cela se fait “par ses mouvements naturels” – les comportements qui correspondent à sa nature (de même qu’un homme doué pour la musique exprimera son talent naturel et le développera d’autant plus qu’il jouera et s’exercera).

Les guerres expriment en profondeur le caractère particulier de chaque peuple, de sorte que son profil ressort et se révèle dans ses actes de manière complète, dans ses traits les plus profonds. La guerre est certes une chose exécrable, mais elle a tout de même un côté positif, le ‘bon côté du mal’ : la guerre met en relief la valeur d’une nation, révèle sa nature, hâte sa maturité, elle la concrétise, la renforce et l’exprime dans l’action.

Israël est le miroir général du monde entier, le Peuple d’Israël est le peuple central dans le monde : “Et seront bénies par toi toutes les familles de la Terre” [Genèse 12, 3]. Il apporte la bénédiction à toute l’humanité. Il est le cœur du monde, “car Israël est aux peuples ce que le cœur est aux organes” [Kouzari 2, 36]. C’est le trésor central de l’humanité : toutes les capacités, tous les niveaux et toutes les ressources des nations du monde se retrouvent dans le Peuple d’Israël. Certes, tous les organes du corps ont leur importance, et on ne peut pas marcher, manger ni coudre avec le seul cerveau ! Mais le cerveau est le centre vital de tout le corps, il intègre tout. Il fait vivre les organes, et il en reçoit aussi les bienfaits. “Israël est le miroir général du monde entier”, c’est le cœur et le cerveau de l’humanité entière, et quand on voit le Peuple d’Israël, on voit toute l’humanité. Ce ‘peuple–cœur’ est attaché par un lien de vie à l’humanité entière.

Et tant qu’il y a un peuple dans le monde qui ne s’est pas complètement exprimé par les actes, dans toutes ses manières d’agir, il y a d’autre part une zone d’ombre dans la lumière absorbée de l’Assemblée d’Israël. Quand le corps est malade, le cœur est malade, et quand un des peuples de l’humanité est malade, le Peuple d’Israël est malade (et l’inverse est également vrai). Quand un peuple se trouve en état de faiblesse, dans le Peuple d’Israël aussi il y a en face “une zone d’ombre dans la lumière absorbée par l’Assemblée d’Israël”, et notre vie intérieure en est appauvrie.

C’est pourquoi, chaque fois que des pays se font la guerre, des schémas spécifiques – des compréhensions particulières, des concepts et des considérations –  entrent en action pour le plein accomplissement des peuples – ce sont les conséquences positives de ces guerres cruelles et sanglantes  : les peuples s’accomplissent, se révèlent, évoluent et mûrissent, et en même temps prendra naissance une force d’accomplissement dans l’Assemblée d’Israël – ceci amènera une plus grande complétude dans le Peuple d’Israël. Et celle-ci guette les pas du Messie, qui viendra et apparaîtra bientôt et de nos jours, comme le dit le Midrach : “Quand tu vois des pays se faire la guerre, guette les pas du Messie” [Berechit Raba 42, 4], c’est-à-dire : attends–toi à un progrès conséquent de la nation d’Israël et de son État. En fait, l’un des résultats de la Première Guerre Mondiale, pendant laquelle ces lignes ont été écrites, a été que les nations du monde ont décidé de donner la Terre d’Israël au Peuple d’Israël.

Il ressort de tout ceci que la guerre entraîne une clarification et un approfondissement dans les nations du monde, et parmi elles le Peuple d’Israël, car nous sommes liés à tous les autres peuples par certaines fibres, de sorte que ce qui se passe dans l’humanité nous influence, et que ce qui se passe chez nous influence l’humanité, pour le bien comme pour le mal.


(Retour à la liste des chapitres)