5.1.a- Les cinq dimensions du monde spirituelles


Dans Pirké Avot est esquissé aussi le projet historique – ‘cosmo-historique’ – du Saint-Béni-Soit-Il : “dix générations depuis Adam jusqu’à Noah, “Dix générations depuis Noah jusqu’à Avraham”, “Par dix épreuves Avraham a été éprouvé”. Tout apparaît par dix : la sainteté ne peut être exprimée que par le chiffre dix. C’est ainsi que les mitsvot se trouvent condensées dans les Dix Commandements. Certes, il y a 613 mitsvot, mais il est possible de rattacher chaque mitsva à l’un des Dix Commandements [Ramban ; et il y a aussi des cantiques de Chavouot appelés ‘Azharot’ – ‘mises en garde’ – qui ordonnent la liste des mitsvot selon leur rapport avec les Dix Commandements].

Pourquoi tout apparaît-il par dix ? Quelle est la signification de la dizaine ? Le Maharal nous explique que la réalité spirituelle a dix dimensions [Derekh Haïm 5, 1]. De même que nous connaissons les dimensions du monde physique, de même il existe des dimensions au monde spirituel. Le monde de la morale apparaît en dix dimensions qui sont les Dix Commandements. La réalité théologique, la création divine, a elle aussi dix dimensions : “Par dix paroles le monde a été créé” [Pirké Avot 5, 1] (et dans le langage du Secret, ce sont les Dix Sefirot) – dix paroles divines, expressions de la volonté de Dieu, qui veut que se manifestent toutes les nuances de la Création.


(Retour à la liste des paragraphes)