1. La qualité spécifique de la Terre d’Israël

Il y a une interruption au milieu de Maamar Hador, et elle se trouve ici. C’est une section difficile, complexe et compliquée. Son thème central est décrit d’emblée : “le retour des cœurs des pères vers les fils, et du cœur des fils vers leurs pères” [cf. Malachie 3, 24]. Mais dans cet article, le Rav notre maître ne s’occupe pas du retour du cœur des pères sur les fils, mais pour l’essentiel du retour du cœur des fils sur leurs pères !

Tout ce qui précède est une entrée en matière, un état des lieux de la génération d’aujourd’hui, et tout ce qui va suivre maintenant, ce sont les conclusions.

La renaissance du “retour du cœur des pères vers les fils, et du cœur des fils vers leurs pères”, ne peut se produire que par l’effet de l’air du pays d’Israël. On ne profite pas de l’air du pays d’Israël seulement en résidant en Terre d’Israël, mais en acquérant une conception du monde, un regard de Thora, qui se émane de l’intérieur de la Terre d’Israël. Il peut y avoir un homme qui réside en exil mais qui a une certaine compréhension de la Thora d’Érets-Israël, et il peut y avoir un homme qui réside en Terre d’Israël et qui ne comprend pas la Thora d’Érets-Israël. Ces choses sont expliquées dans le chapitre 13 de Orot Hathora, intitulé ‘LaThora des pays de l’extérieur et la Thora d’Érets-Israël’.

Il est évident que la Terre d’Israël nous aide à comprendre la Thora d’Érets-Israël, parce que la Terre d’Israël conditionne la santé de la vie nationale et de la vie individuelle : “La vie des âmes c’est l’air de ton pays” [Rabbi Yéhouda Halévy, ‘Tsion Halo Tichali’]. Mais le roi des Khazars s’étonne : “Je ne m’étais pas aperçu que la Terre d’Israël était une chose particulière”. Le rabbin lui répond : “Pour que la Terre d’Israël donne ses fruits, pour que la vigne se développe, il faut que la terre soit bonne, que les semences soient bonnes, et que le travail de la terre soit approprié” [Kouzari II, 9-12]. La Terre d’Israël n’est pas une sorte de qualité secrète qui se révèle brusquement.

La Thora de l’extérieur d’Israël ne suffit que pour survivre à l’exil, et c’est aussi un miracle extraordinaire d’avoir survécu à deux mille ans en exil. Mais notre génération ne veut pas seulement survivre, elle veut être éveillée et réfléchie, sensible et pleine de vie, et cela, il n’y a que la Terre d’Israël qui puisse le lui donner.

Il en ressort que : 1/ ‘l’air du pays d’Israël’ a une vertu spécifique ; 2/ ce n’est qu’en Terre d’Israël que nous pouvons édifier un état pour faire revenir le cœur des pères vers les fils, pour les comprendre, pour les apprécier et pour participer à l’édification de la nation, pour apprendre des non-religieux les qualités qu’ils ont en eux.