8. Les sages : en l’absence des prophètes


De nos jours, où il n’y a pas de prophètes, nous puisons la vie [spirituelle] de la sagesse des Talmidé Hakhamim. Car :

Le sage est plus grand que le prophète,  (…) depuis que le Temple a été détruit, la prophétie a été enlevée aux prophètes et elle a été donnée aux sages.  [Baba Batra 12a ; Rav Kook, Orot, Zeronim 2, p.120]

Et plus précisément :

Bien qu’elle ait été enlevée aux prophètes, elle n’a pas été enlevée aux sages. [Ibid.]

Les sages saisissent par leur sagesse ce que les prophètes ont saisi par leur prophétie.

Mais cette saisie n’atteint pas le même niveau suprême de sainteté et de proximité divine, ni la même puissance que la prophétie. L’arrêt de la prophétie est une maladie, c’est une infirmité terrible pour Israël [Rav Kook, Orot, Orot Israël 9, 7, p. 171]. Un homme qui avait la chance de rencontrer un prophète devenait un autre homme [Samuel I 10, 6], alors qu’un homme qui se trouve dans le voisinage des sages ne se transforme pas si rapidement. C’est petit à petit, au long des années, par le moyen de longues études, qu’un changement peut se produire, comme

Les eaux de Siloé au cours paisible.  [Isaïe 8, 6 ; Rav Kook, Orot, Israël Outehiyato 24, p. 41]

Les prophètes nous manquent énormément. La vie semble parfois tellement desséchée sans eux. Le mouvement de la hassidout a voulu ranimer l’influence de la spiritualité sur le peuple d’une manière qui ressemble à la prophétie par l’identification à la personne du ‘Rabbi’, une personne de grande envergure possédant un éclat personnel, et faisant des miracles [Rav Kook, Maamaré Haréaïa, Derekh Hatehiya pp.4-9]. Quand les Grands de la Thora eurent connaissance de ce phénomène, ils furent saisis de tremblements et de frayeur mortelle. Un prophète est un prophète. Être comme un prophète, c’est dangereux. L’espace de la Thora ne peut se rétrécir aux dimensions du domaine privé d’un seul homme, aussi grand soit-il. Les sages de la Thora ont violemment critiqué la voie du hassidisme, et ils ont frappé ses tenants d’anathème ! C’est peut-être grâce à leur intransigeance que la hassidout ne s’est pas détournée du chemin de la Thora, qui est la voie obligée pour le peuple d’Israël [Ibid. pp.6-7].


(Paragraphe suivant : 9. Moché notre maître est vivant)