6. Les fils de Rachel et les fils de Léa

Yaakov a quatre femmes, deux principales et deux adjointes, mais toutes, et tous leurs fils, sont ❛à l’intérieur❜, et appartiennent à la réalité de la sainteté du peuple d’Israël. Par rapport à Avraham qui avait deux femmes – une à l’intérieur [Sarah] et une à l’extérieur [Hagar], et leurs fils – Itzhak à l’intérieur et Ichmaël à l’extérieur, et par rapport à Itzhak qui avait une seule femme, mais deux fils dont l’un [Yaakov] était à l’intérieur et l’autre [Essav] à l’extérieur, chez Yaakov tout appartient ❛à l’intérieur❜, les femmes et les enfants [Chabbat 146].

Nous comprenons que comme il y a différentes sortes de femmes, les enfants aussi se répartissent en différentes catégories. Les deux premières catégories sont les fils de Léa et les fils de Rachel. Yéhouda est né de Léa. Son nom est formé des quatre lettres du nom divin [tétragramme] plus un ❛dalet❜ qui renvoie à ce monde ci – les quatre directions du ciel. S’il en est ainsi, Yéhouda est la Divinité qui réside dans ce monde, le Nom divin, le côté spirituel qui se trouve dans l’existence. Il représente la spiritualité.

Yossef quant à lui, qui est né de Rachel, est celui qui a hérité d’elle la capacité de construire la matérialité dans le monde. De même que Yéhouda prend une place élargie dans les bénédictions de Yaakov et de Moché, de même Yossef. L’un est le pendant de l’autre de l’autre. Nous voyons que Yossef est très actif : il est le gouverneur de l’Égypte, le fournisseur de blé du monde entier, l’organisateur de l’économie de manière brillante au niveau mondial [Genèse 41-47]. Même ses rêves sont des rêves d’agriculture et de gouvernance :

Et voici que vos gerbes se tourneront, et se prosterneront vers ma gerbe.

Genèse 37, 7.

Il est ❝le Satan d’Essav❞ [Rachi sur Genèse 30, 25], c’est-à-dire celui qui est qualifié pour constituer un obstacle, une force d’opposition à la puissance d’Essav, parce qu’il a les aptitudes d’Essav, la force de surmonter les obstacles de ce monde, de le mettre en ordre et de le construire. Tout ce que sait Essav, Yossef le sait bien davantage ! Il est toujours ❛Yossef❜ [= ❛il ajoutera❜], celui qui ajoute toujours plus que celui qui s’oppose à lui, par la force de la bénédiction qui est en lui. Quand il naît, Yaakov sent que la force du peuple d’Israël est maintenant complète, et qu’il peut prendre le chemin du retour à la maison en Érets Israël, pour y jouer son rôle :

Et ce fut quand Rahel enfanta Yossef, Yaakov dit à Lavan : ❝Renvoie-moi, et j’irai chez moi dans mon pays❞ – Quand le Satan d’Essav est venu au monde [Beréchit Rabba 73, 6], comme il est dit : ❝La maison de Yaakov sera de feu, la maison de Yossef de flamme, et la maison d’Essav de paille❞ [Ovadia 1, 18]. Un feu sans flamme ne brûle pas à distance. Quand Yossef naquit, Yaakov fut assuré du soutien du Saint-Béni-Soit-Il, et il voulut rentrer.

Rachi sur Genèse 30, 25.

Après que Yossef a constitué sa force, Yaakov semble s’écarter derrière les rideaux, et c’est Yossef qui apparaît comme acteur principal. Yossef est le fer de lance de Yaakov, et par sa force Essav est ❛brûlé❜. Devant lui s’efface la valeur de toutes les cultures et technologies des nations. Certes, Yossef construit ce monde ci, mais contrairement à Essav il le construit de manière cachère. C’est pourquoi il est appelé ❛Yossef hatsadik❜ [❛Yossef le juste❜] : il construit le monde non pas dans la méchanceté et la destruction, mais dans la ❛tsidkout❜ – un comportement irréprochable. Il fut appelé ❛tsadik❜ après avoir surmonté la séduction de la femme de Poutifar [Genèse 39, 7-13]. Il n’est pas la sorte de tsadik qui étudie dans la maison d’étude. Sa tsidkout consiste à surmonter les désirs physiques les plus forts, et à maîtriser la matérialité.

Une des questions qui furent posées à Rabbi Yéhochoua par les sages d’Athènes était :

❝Un parterre de couteaux, comment le taille-t-on ?❞ – Il répondit : ❝Avec une corne d’âne❞.

Bekhorot 8b.

Notre monde est un monde de ❛couteaux❜, il est rempli des cultures de violence semées par les descendants spirituels d’Essav. Qui en viendra à bout ? La corne de l’âne les vaincra. Nous savons qui est la corne de l’âne, c’est Yossef :

Aîné, son taureau est une gloire pour lui, et ses cornes sont des cornes de buffle, avec elles il encornera les peuples tous ensemble jusqu’aux confins de la terre ; et ce sont les myriades d’Ephraïm, et ce sont les milliers de Menaché.

Deutéronome 33, 17.

Yossef, qui est armé des capacités d’Essav, pourra le soumettre. Cependant il ne pourra pas le faire seul, il doit être la corne sur la tête de l’âne. L’âne est le Messie fils de David, qui est pauvre et chevauche un âne [Commentaire du Gra sur la Agada…]. Les qualités d’action et le courage physique du Messie fils de Yossef, fils de Rachel, doivent se joindre et se nourrir aux forces de la spiritualité intérieure du Messie fils de David, fils de Léa, et ils travailleront ensemble dans les parterres du champ mondial. Ils tailleront les ❛couteaux❜ qui parsèment la réalité, et ils en élimineront la méchanceté et la violence.

(Retour à la liste des paragraphes)