4.7. Le niveau distinct de la nation


Depuis que le peuple est apparu, le Nom des cieux ineffable porte sur cette entité nouvelle. Dans la paracha ‘Vaéra’, Dieu dit à Moché notre maître :

Je suis apparu à Avraham, à Itzhak et à Yaakov en ‘Dieu tout-puissant’, mais par mon nom d’‘Éternel’ je ne me suis pas fait connaître d’eux  [Exode 6, 3]

Le niveau de révélation de : “Mon nom est ‘l’Éternel’”, qui est le le plus élevé dans la révélation du Nom des cieux, n’était pas connu des Patriarches. Avec toute leur importance, ils ne sont pas le peuple d’Israël, ils sont seulement la racine de la nation. Et Dieu dit à Moché : “Je me révèle à toi”, non pas parce que Moché est plus important que les Patriarches sur le plan individuel, mais parce que maintenant une nation existe :

C’est pourquoi, dis aux fils d’Israël : “Je suis l’Éternel”  [Exode 6, 6]

“Je me révèle à toi comme représentant du peuple”. Le Nom des cieux se révèle à la nation à son niveau le plus élevé.

Un penseur a dit un jour : “Aux quatre étages connus de l’existence, à savoir l’inerte, le végétal, l’animal et le doué de parole, il faut en ajouter un cinquième : le peuple”. Le peuple par rapport à l’individu est comme l’individu par rapport à l’animal, c’est un niveau plus élevé d’organisation et de développement. De même que la plante n’est pas un groupement d’atomes isolés et inertes, mais qu’entre ses composants se crée une vie nouvelle, de même un peuple n’est pas que le rassemblement d’individus isolés. Entre les individus qui composent le peuple existe une vie particulière, de nouveaux liens de réciprocité qui révèlent l’âme de la nation, quand chaque individu s’imprègne du trésor de l’expérience commune. Ce étage particulier de l’existence commence de se constituer avec l’apparition d’Avraham notre père.


(Retour à la liste des paragraphes)