4.5.d- De la sainteté de l’individu à la sainteté de la nation


En fait, le problème qui préoccupe les nations est : comment construire la vie de la nation dans la justice et la sincérité du cœur. Les nations du monde ne savent pas cela et elles ne le sauront pas, car elles n’ont pas cette capacité. Il peut y avoir des goyim avec une aptitude individuelle à la bonté, mais il n’existe aucun peuple qui ait cette aptitude en tant que peuple. Le goy peut être idéaliste, mais cet idéalisme ne tire pas sa substance de son nationalisme mais de sa personnalité en tant qu’homme créé à l’image de Dieu. Quant à nous, nous tirons nos qualités de l’esprit de la nation. Notre sens de la justice et de la droiture proviennent de notre lien d’appartenance au peuple d’Israël, à l’âme de la nation :

Qui nous a choisis de tous les peuples et nous a donné la Thora  [Bénédiction sur la Thora]

…la Thora et la morale, partie intégrante de notre élection comme peuple.


(Retour à la liste des paragraphes)