Note 7.144 – La connaissance et le désir

Le Rav parle de “lumière de vie”, puis de “connaissance et de désir”. Le mot ‘lumière’ est en parallèle avec le mot ‘connaissance’, et le mot ‘vie’ est en parallèle avec le mot ‘désir’ (ou ‘volonté’). L’âme est en effet porteuse de connaissance et de désir (le Saint-Béni-Soit-il est la source du désir, comme on le voit dans le Psaume 145, 16“Tu ouvres ta main et tu rassasies tout vivant de désir”), car toute connaissance doit se révéler dans le désir [qu’elle suscite], faute de quoi elle est inconsistante. C’est le rôle de la connaissance d’entraîner le désir comme la locomotive entraîne les wagons. Si elle n’en a pas la force, c’est signe qu’il faut ‘rajouter du charbon’, autrement dit rajouter encore et encore des connaissances, jusqu’à ce que finalement l’intelligence mette en marche le désir.

C’est la raison pour laquelle la première des Dix-Huit Bénédictions de la prière quotidienne est la bénédiction sur la connaissance : “Tu fais grâce à l’homme de la connaissance et Tu lui enseignes l’intelligence”, parce que la connaissance est à l’origine de tout. Le philosophe grec Socrate avait l’habitude de dire “qu’il n’y a pas de mauvais hommes mais seulement des hommes stupides”, parce que si les hommes savaient, ils seraient bons…

Dans l’introduction au livre ‘138 Conseils de Sagesse’, aussi surnommé ‘Derekh ‘Ets Haïm’, le Ramhal écrit que la connaissance a le pouvoir d’écarter le mauvais penchant : “La connaissance de la vérité renforce l’âme et en éloigne le mauvais penchant de manière évidente. Rien n’affaiblit l’âme devant le mauvais penchant autant qu’une connaissance déficiente. Et si la connaissance était vaste et bien établie dans le cœur des hommes, ils ne fauteraient jamais. Le mauvais penchant ne pourrait même pas s’approcher d’eux pour exercer son pouvoir, de même qu’il ne peut l’exercer sur les anges”.

C’est ainsi que chez l’homme normal, il n’y a pas de penchant à tuer son prochain, non pas que ce désir existe et qu’il faille le maîtriser, mais il n’existe même pas, parce que tuer son prochain est une folie qui ne vient pas à l’esprit des gens sensés. C’est donc que la connaissance, ne donne pas seulement à l’homme la force de surmonter le mal, mais qu’elle fait même disparaître le mal et l’annule complètement.